Octobre 2016
COMMUNIQUE DE PRESSE

Qu’est-ce qu’ils fabriquent ici ?
Contacts presse

Doubs Tourisme
Sylviane Dornier 
0 381 212 969 
sylviane.dornier@doubs.com

 

Agence aiRPur 
Pascal Margueron & Sophie Gilibert
pmargueron@agence-airpur.fr
0 381 571 329

 

 

 

 

 

 

Doubs Tourisme

18 rue de la Préfecture

25031 Besançon cedex

 

Tél 0 381 212 999

Fax 0 381 212 998

cdt@doubs.com

www.doubs.travel



Agence de
Développement et
de Réservation
Touristiques
membre
du

Ils fondent des cloches, confectionnent des horloges, produisent des salaisons, affinent des comtés, distillent de l'absinthe... ou bien encore prélèvent des sangles d'épicéa pour ceinturer le fromage le mont d'or, les artisans du Doubs sont les maîtres de la matière qu'ils façonnent avec l'amour du travail bien fait. Le Doubs valorise ces entreprises aux savoir-faire ancestraux, traditionnels et identitaires, perpétués par des hommes et des femmes de passion, par le biais du label Made in chez nous créé fin 2013. Rencontres !

Cristel, l’art de vivre à la Française

En 1826, les frères Japy édifient une usine à Fesches-le-Châtel dans le Pays de Montbéliard et fabriquent la première casserole emboutie, en fer blanc. Plus d'un siècle plus tard, en 1987 sous l'impulsion de Bernadette et Paul Dodane, l'entreprise Cristel est créée et lance le concept cuisson-service (" Cook & Serve ") et une collection de poëles et casseroles à poignée amovible. Leader français d'articles culinaires haut de gamme en inox, Cristel, Entreprise du patrimoine vivant et titulaire du label Origine France Garantie, est aujourd'hui la référence mondiale de l'équilibre entre qualité, fonctionnalité et esthétique. Lors des visites, la manufacture dévoile les phases de fabrication des articles Cristel depuis la découpe de la matière première jusqu'aux produits finis avant de passer par le magasin Côté cuisine.

www.cristel.com

Utinam, explorateur du Temps

Depuis 1993 l'insatiable concepteur horloger bisontin Philippe Lebru réinvente l'art horloger. En attestent ses montres et horloges qui révèlent toute la magie et la complexité du mécanisme dans un design où se mêlent sobriété et spectaculaire. En 2005, le Concours Lépine lui décerne le Grand Prix toute catégorie et le Salon de l'Invention de Genève, la Médaille d'Or en horlogerie.

Cet ancien chaudronnier fabrique également des horloges comtoises contemporaines tout en inox telle Hortence, ou Pop'up en résine. Il a même installé une horloge de 6 tonnes dans la gare TGV Besançon/Franche-Comté et, plus récemment, une œuvre monumentale à Tokyo au Japon.Dans son atelier-boutique face au musée du Temps, les visiteurs découvrent le savoir-faire horloger (montage, assemblage de montres à l'établi), ainsi que les créations d'Utinam et d'autres horlogers.

http://utinam.fr/

Jean-Louis Frésard, conservatoire vivant de la montre

Si le nom de Frésard est dans l'horlogerie depuis 1897, l'atelier Jean-Louis Frésard est fondé en 1977 à Charquemont, au cœur du Pays horloger. Il recèle un véritable trésor : un stock de pièces d'horlogerie dont les plus anciennes remontent au début du XXe siècle. Conservées ou acquises au fil des décennies, elles permettent à l'entreprise familiale de réaliser en séries limitées des montres mécaniques et automatiques d'époques, pour homme et femme, avec des pièces d'origine. L'entreprise possède également une expertise et un savoir-faire sans pareil pour réparer tous les modèles de montres.

Dans ce conservatoire vivant de l'horlogerie, Fabrice Frésard séduit les visiteurs passionnés, collectionneurs ou touristes de passage.

www.fresardwatch.com

Obertino fait tinter la montagne !

Labellisé en 2011 Entreprise du patrimoine vivant, la fonderie de cloches Jean Obertino & Fils est issue d'une vénérable famille de fondeurs venus d'Italie. Installée à Morteau depuis 1931, elle est l'une des dernières fonderies artisanales de France avec celle de Labergement Sainte-Marie, également dans le Doubs. Dans la fonderie artisanale de Morteau, on fabrique plus de 200 modèles de cloches différentes dans le strict respect de la tradition. De la clochette souvenir à la cloche de bétail, en passant par les médailles ou les bas-reliefs. Lors de la visite, on suit tout le processus de fabrication, depuis le moulage jusqu'à l'ébarbage et le tournage pour donner aux cloches un aspect lisse. La coulée du bronze en fusion à 1 200° constitue l'étape la plus spectaculaire pour le visiteur.

www.obertino.fr

La cathédrale du comté

De son vrai nom Fort Lucotte, l'ouvrage militaire est situé à 1 100 mètres d'altitude, sur la commune de Saint-Antoine, près de la station de Métabief. Dans le monde du comté, il est connu sous le nom de Fort de Saint-Antoine, voire comme la " cathédrale du comté ". C'est là que depuis 1966, l'affineur Marcel Petite et ses descendants mènent une aventure passionnante : porter chaque fromage à son meilleur dans les entrailles d'un ancien fort transformé en gigantesques caves d'affinage. Ici sont chouchoutées et affinées lentement quelque 100 000 meules de comté. Lors des visites, on découvre l'histoire des lieux et surtout l'art de l'affinage pour mener les comtés jusqu'à leur pleine maturité. Et, cerise sur le gâteau, on y déguste le roi des fromages !

www.comte-petite.com

Le Tuyé du Papy Gaby

Voilà un lieu incontournable des Montagnes du Jura et plus particulièrement du Doubs où, jour après jour, s'élaborent de savoureuses salaisons, façonnées à l'ancienne, grâce à quarante années de respect d'un savoir-faire local ancestral. Il y a d'abord cette incroyable cheminée pyramidale appelée " Tuyé ", élément emblématique des authentiques fermes comtoises. D'une hauteur de 18 m, le tuyé du Papy Gaby, du nom de son créateur, accueille saucisses de Morteau, lard, jambons de montagne, filets de porc et autres bresis suspendus sur des perches de bois. Les produits prennent alors de délicieux arômes de sapin et d'épicéa jusqu'à devenir de succulents fumés. Ici, pas de processus industriel mais de la viande de première qualité, travaillée à 900 m d'altitude dans le plus pur respect des méthodes d'antan et avec ce qu'il lui faut de temps pour être naturellement valorisée.

www.tuye-papygaby.com

L’absinthe, la Fée verte du Doubs

Le 15 décembre 2001, la mythique absinthe coulait à nouveau à Pontarlier, capitale mondiale de la Fée verte jusqu'à son interdiction en 1915.

Si l'absinthe est sortie de la clandestinité en France et à Pontarlier en particulier, elle le doit essentiellement à François Guy, quatrième génération de distillateurs. Des années durant il s'est battu contre l'interdiction qui perdurait à l'encontre de cet élixir sulfureux et contre l'oubli de ce pan d'histoire de Pontarlier. Labellisée Entreprise du patrimoine vivant, la distillerie familiale Guy ouvre ses portes au public. Un commentaire guide les visiteurs dans les différentes salles (alambics en cuivre et foudres en chêne centenaires, production et mise en bouteille), tout en contant les faits marquants associant l'histoire de l'Absinthe et de l'Anis, à celle de la maison Guy. L'équipe invite ensuite les visiteurs à une dégustation.

www.pontarlier-anis.com

 

Fondée en 1890 par Emile Pernot à Pontarlier, la distillerie Les Fils d'Emile Pernot est à présent installée au pied du château de Joux sur la Route de l'absinthe franco-suisse. En 1915, suite à l'interdiction de l'absinthe en France, la distillerie familiale se diversifie en fabriquant des anisés, des liqueurs et autres eaux-de-vie... En 2001 la distillerie également labellisée Entreprise du patrimoine vivant, reprend sa fabrication dans ses deux alambics historiques et centenaires en cuivre avec ses recettes traditionnelles d'origine.

www.emilepernot.fr

 

Profession sanglier !

Depuis trois générations, la famille Salvi exerce le métier ancestral de sanglier dans les forêts du Doubs au cœur des Montagnes du Jura, c'est-à-dire qu'elle prélève les bandes d'épicéa qui ceintureront les fromages mont d'or. Le sanglier choisit les plus belles grumes d'épicéa au tronc bien droit, sans nœud et à l'écorce tendre et grasse. Il soustrait d'abord l'écaille de l'écorce, sans entamer la pâte blanche. Il prélève ensuite avec un couteau spécial, une cuillère, les bandes d'épicéa appelées sangles. De retour à l'atelier, les sangles sont suspendues pour être séchées. Patrick Salvi et sa famille fabriquent également les boîtes qui accueillent les mont d'or et leur délivrent cette saveur inimitable.

http://artisansanglier.com/

Le Chantier naval franco-suisse tient bon la barre

Depuis plus de 30 ans, le Chantier naval franco-suisse (CNFS), situé à Villers-le-Lac sur les rives du Doubs, construit des bateaux métalliques en acier ou en aluminium pour passagers. Il a plus de 80 réalisations à son actif, de 10 à 26 m et de 24 à 250 places. Raymond Michel, le créateur, a souvent été précurseur, notamment au niveau des motorisations, tout en conservant sa fabrication artisanale. C'est lui qui, à la fin des années 80, avait lancé la navette touristique à propulsion électro-solaire, qui s'est généralisée depuis. Les bateaux du CNFS naviguent sur toutes les eaux douces de France (Paris, lac Léman...) et également depuis l'été 2016, sur le lac de Saint-Point (3e lac naturel de France) tout proche.

Lors des visites, le public découvre à l'aide d'un diaporama, de maquettes et panneaux explicatifs, les différents savoir-faire de l'entreprise familiale.

www.vedettes-panoramiques.com