Mars 2018
COMMUNIQUE DE PRESSE

Le printemps des expositions dans le Doubs
Contacts presse

Doubs Tourisme
Sylviane Dornier 
0 381 212 969 
sylviane.dornier@doubs.com

 

 

 

 

 

 

 

  

Doubs Tourisme

83, rue de Dole

25031 Besançon cedex

 

Tél 0 381 212 999

cdt@doubs.com

www.doubs.travel



Agence de
Développement et
de Réservation
Touristiques
membre
du
Zoospective, le règne animal : carte blanche autour du sculpteur Mauro Corda

Citadelle Vauban à Besançon

Du 1er avril au 15 juillet

L’exposition met en résonance l’œuvre animalière et monumentale de Mauro Corda avec l’exposition permanente du Naturalium. Zoospective invite le visiteur à un safari découverte dans l’enceinte de la Citadelle pour apercevoir là un groupe de chauve-souris suspendues à la voûte, ici un gorille-taureau installé dans le parc des cigognes, une Autruche-girafe perchée sur son promontoire, ou bien encore un ours-morse rugissant... L’exposition investit également le Hangar aux manœuvres avec un bestiaire fantastique qui se dévoile au gré d’un parcours où vient se perdre le visiteur. Cette arche de Noé s’enrichit d’œuvres de Barye, Pompon, Bugatti

Citadelles du monde et autres fortifications

Du 12 mai au 16 septembre

Dans le cadre du 10e anniversaire de l’inscription de l’œuvre de Vauban au Patrimoine mondial, l’exposition photographique Citadelles du monde offre un tour du monde des citadelles Vauban dont celle de Besançon considérée comme l’une des plus belles de France. Reproduites en grand format, vingt photographies se déploient sur les fortifications de Vauban à Besançon. Dix sont exposées en ville sur les tours bastionnées, les remparts et le Fort Griffon formant ainsi un circuit. Les dix autres sont présentées à la Citadelle dans la cour des Cadets. Des citations sont également exposées.

Luc Schuiten : les panoramas 2100

Saline royale à Arc-et-Senans

Du 7 avril au 21 octobre

www.salineroyale.com 

L’exposition 2018 est consacrée à l’univers futuriste de Luc Schuiten, architecte et scénariste de bande dessinée, qui tentera de répondre par l’image à la question « A quoi ressembleront la planète, nos villes et Arc-et-Senans au siècle prochain ? ». La scénographie propose une immersion vers des solutions positives et optimistes et privilégie la communication par l’image, les objets et les installations tout en y incluant de courts textes. Le visiteur est invité à se questionner sur ses propres désirs, pour son avenir et celui de ses descendants et à porter son regard au-delà de son pouvoir d’anticipation habituel.

Léon Frédéric, un autre réalisme

Musée Gustave Courbet à Ornans

Du 6 juillet au 15 octobre

Avec le soutien du musée d’Orsay et des musées royaux de Belgique, l’exposition estivale du musée Courbet évoque les réalisations  de Léon Frédéric, l’une des figures majeures de l’art belge de la fin du XIXe siècle, évoluant du réalisme au naturalisme puis vers un symbolisme utopique. L’exposition regroupe pour la première fois en France plus d’une cinquantaine de tableaux de l’artiste peints entre 1880 et 1900 et bénéficie de prêts de collections privées et de grands musées internationaux (Musée d’Orsay, Musée royaux des Beaux-Arts de Belgique, Musées des Beaux-Arts de Gand et de Liège, MET de New-York, Philadelphia Museum…). Chaque année, le musée Courbet s’attache à mettre en résonance l’œuvre du peintre avec celles d’autres artistes. 

Paper is not dead #3

Musée des Maisons comtoises à Nancray

Du 1er avril au 7 juillet

Le musée des Maisons comtoises reconduit l’exposition Paper is not dead fort du succès des deux premières éditions. Une quarantaine d’artistes et collectifs propose des utilisations du matériau toujours plus surprenantes : de la lanterne géante au stickers de rue en passant par le carnet de croquis, la sérigraphie, la gravure, la typographie ou encore une collection retraçant l’histoire du fanzine. Les procédés anciens d’images animées sont tout particulièrement mis en avant. Performances, projections, concerts, ateliers… sont également proposés dans les lieux partenaires de l’exposition à Besançon.

1925-1935, une décennie bouleversante

La photographie au service de la modernité

Château des Ducs de Wurtemberg à Montbéliard

Du 7 avril au 16 septembre

1925-1935 est une décennie de révolutions stylistiques qui matérialisent la transition entre les deux guerres mondiales. Les photographies présentées, issues des collections Roger-Viollet et du musée Nicéphore Niépce, témoignent de l’évolution des styles dans la danse, le sport, le travail, les mœurs, la décoration et les arts. Chacun est invité à s’exprimer, faisant une place immense à la photographie comme témoin de ces bouleversements. Plus de 150 tirages originaux et une centaine de revues d’époque montrent, par leur évolution visuelle et la richesse de leurs illustrations, que la presse et les photographes composent ensemble l’image de l’époque.

Guerre aux démolisseurs ! Victor Hugo et la défense du patrimoine

Musée du Temps à Besançon

Du 16 juin 2018 au 27 janvier 2019

Le musée du Temps et la Maison Victor Hugo proposent une exposition en hommage au pamphlet « Guerre aux démolisseurs » de l’homme. Elle présente des œuvres majeures telles que le portrait de l’abbé Grégoire qui inventa le mot « vandalisme », peint par Jacques-Louis David, des exemplaires des ouvrages encyclopédiques sur le patrimoine historique et monumental de France publiés par Abel Hugo, frère aîné de Victor Hugo, une série inédite de dessins représentant les maisons à pans de bois d’Ypres en Belgique... des objets, des éditions et des illustrations mettent à l’honneur Notre-Dame de Paris, symbole de la lutte pour la préservation du patrimoine. Des documents audiovisuels ainsi que des œuvres d’art contemporain ouvrent la réflexion sur les atteintes  contemporaines à l’intégrité du patrimoine du XXIe siècle (Syrie, Tibet…).

Rencontres d'artistes : Pointelin, Fernier, Templeux

Musée de Pontarlier

Du 9 juin au 8 octobre

Organisée en collaboration avec les musées des Beaux-Arts de Dole et Sarret de Grozon à Arbois, l’exposition met en lumière l’art personnel de Pointelin et son influence  sur les deux peintres régionaux, Robert Fernier et Emmanuel Templeux. Le public est invité à se placer dans leurs pas pour visiter l’atelier de Pointelin, à partager leur émerveillement et comprendre l’héritage du maître sur la peinture paysagère de Franche-Comté. Une trentaine d’œuvres issues de collections publiques et privées se déploiera sur trois salles du musée de Pontarlier.

Roulez mécaniques !

Pavillon des sciences à Montbéliard

Du 19 mars au 9 septembre

Depuis toujours, l’être humain cherche à réduire ses efforts au minimum. Pour satisfaire cette exigence, il a inventé les leviers, poulies, engrenages et autres ingénieux systèmes. L’exposition a pour objectif de tester leur efficacité et de mieux faire comprendre leur fonctionnement grâce à une vingtaine de manipulations interactives. Des vitrines présentent également des objets du quotidien qui renferment secrètement ces dispositifs.

Animalement vôtre

Pavillon des sciences à Montbéliard

Du 19 mars au 9 septembre

L’exposition invite à découvrir le monde fascinant des animaux… Comment se déplacent-ils ? Que mangent-ils ? Pourquoi ont-ils 2, 4 et parfois jusqu’à 1 000 pattes ? Pourquoi certains ont-ils des poils, une carapace ou des écailles ?... Entre jeux tactiles et jeux de rôle, les enfants et leurs parents sont plongés en plein cœur du monde animal. L’exposition invite également à une sorte de safari-découverte composé de quatre îlots « connaissance » pour identifier les animaux, imiter leur mode de locomotion, comparer leur mode de vie…

Art en chapelle #2, quand les églises dialoguent avec l’Art contemporain

Dans les églises du Haut-Doubs

Du 7 juillet au 19 août

Onze artistes de renommée ont été choisis par un comité de sélection pour créer des œuvres in situ, spécialement imaginées pour chacune des chapelles ou églises dans laquelle elles seraient installées. Réalisées en fonction de leurs émotions et inspirations provoquées par l’édifice, les œuvres de peinture, écriture, calligraphie, sculpture, dessin, couleur, photographie, vidéo, construction, installation visuelle, sonore... invitent le visiteur à la curiosité, l’écoute, la rencontre, la réflexion. Ce circuit d’art contemporain permet de découvrir la diversité du patrimoine cultuel du Haut-Doubs.