Les clochers comtois

La première chose que l’on remarque en sillonnant le Doubs, ce sont ses curieux clochers. La plupart des églises et certains temples se coiffent en effet de dômes à l’impériale qu’habillent de chatoyantes tuiles vernissées disposées en losanges, en chevrons, en damiers… ou, dans le Haut-Doubs, de fer blanc, matériau plus adapté à supporter la neige. Hormis leurs clochers singuliers, la majorité des lieux de culte doubiens joue la carte de la discrétion, question architecture. Dans les villes ou au coeur des villages, en plaine ou en montagne, ceints d’habitations ou isolés, ils ne laissent généralement pas supposer les richesses qu’ils abritent, des richesses de toutes époques.

Ainsi, la fin du XVIIe et le XVIIIe siècles y ont par exemple laissé en héritage de somptueux maîtres-autels retables baroquisants. L’or et le faux-marbre s’y conjuguent magnifiant le bois qui les constitue. Anges, angelots, séraphins s’invitent aux côtés de Dieu le père, du Christ, de la Vierge et des saints pour former de véritables leçons de catéchisme, jadis destinées à instruire les fidèles tout en leur donnant une vision sereine et accueillante du paradis. De tels retables se découvrent notamment dans le Haut-Doubs, non loin de Pontarlier, à Bannans et Goux-les-Usiers, La Cluse-et-Mijoux, Les Hôpitaux-Vieux, Montperreux..., où oeuvra l’habile menuisier sculpteur local Augustin Fauconnet.

Les vitraux

Plus proche de nous, la seconde moitié du XXe siècle a doté diverses églises de verrières, dont plusieurs se distinguent par leur histoire et leurs créateurs. On ne saurait visiter le Doubs sans faire étape dans l’église rurale des Bréseux pour laquelle, de 1948 à 1950, le peintre Alfred Manessier créa les sept premiers vitraux non-figuratifs installés en France dans un lieu de culte ancien. Manessier travailla à nouveau pour le Doubs dans les années 1970, réalisant des vitraux abstraits pour l’église Saint-Bénigne de Pontarlier.

D’autres verrières de grande qualité sont aussi à admirer dans l’église du Sacré-Coeur d’Audincourt, dans le Pays de Montébliard. Là, le contexte est quelque peu différent puisque celles-ci furent posées dans les années 1950 de concert avec la construction du bâtiment. Pour cet édifice mêlant pierres et béton, Fernand Léger signa dix-sept vitraux qui déroulent la Passion du Christ tout autour de la nef et du choeur. Jean Bazaine et Jean Le Moal sont quant à eux respectivement les auteurs des vitraux du baptistère et de la crypte.

Montbéliard
Lumières de Noël / Denis Bretey
Abbaye
Doubs Tourisme / Liz Millereau
Vénérable

L'abbaye de Montbenoît

Vêtu de son armure, le sire de Joux chevauche son destrier, perché à jamais sur le fronton de l’imposante tour-clocher de l’abbaye de Montbenoît. C’est à lui que l’on doit, au XIIe siècle, la fondation de cette abbaye sur ses terres, à une poignée de kilomètres de son château de Joux. Le temps a passé, les Sires de Joux ont depuis belle lurette quitté ce territoire, le monastère fut supprimé au XVIIIe siècle mais l’abbaye, elle, est toujours là. Combinant des éléments architecturaux de diverses époques, celle-ci laisse notamment découvrir son cloître, bâti au XIIe siècle et modifié au XVe siècle, aux chapiteaux tous différents évoquant la création du monde végétal et animal.

L’église contiguë abrite de remarquables stalles en bois sculpté, datant de 1527 et fourmillant de détails : scènes de la Bible, personnages aux attitudes saugrenues, têtes d’hommes ou d’animaux, profils encadrés d’arabesques, dragons…

Dans le choeur, il ne faut pas oublier d’élever le regard pour admirer d’autres témoignages des aménagements de l’abbatiale au XVIe siècle à l’initiative de l’abbé Ferry Carondelet : le buste de marbre de celui-ci semblant surgir d’un mur, la superbe voûte de style gothique flamboyant au décor peint ou encore une seconde figure équestre du sire de Joux.

Je découvre l'abbaye

Baroque
Denis Bringard
La Cluse et Mijoux

Le décor baroque des églises du Haut-Doubs

Denis Bringard
Les Fourgs
Doubs Tourisme / Damien Mouchet
Les Fourgs

Clocher comtois des Fourgs sur le toit du Doubs

Doubs Tourisme / Damien Mouchet
Besançon
Doubs Tourisme / Elodie Faivre
La Cathédrale St-Jean Doubs Tourisme / Elodie Faivre
Besançon
Ville de Besançon
La Synagogue

De style néo-mauresque elle voit le Doubs couler à ses pieds

Ville de Besançon
Mouthe
Doubs Tourisme / Philippe Lebugle
Eglise de Mouthe

Toute bardée de métal pour résister aux hivers rigoureux

Doubs Tourisme / Philippe Lebugle
Jougne
Doubs Tourisme
Chapelle St-Maurice

La chapelle romane St-Maurice et l'église de Jougne au pied du Mont-d'Or

Doubs Tourisme
Besançon
Doubs Tourisme / Elodie Faivre
Eglise de la Madeleine

Le Jacquemard de la Madeleine, quartier Battant à Besançon

Doubs Tourisme / Elodie Faivre
Besançon
Doubs Tourisme / Elodie Faivre
La Chapelle du Refuge

La coupole de la Chapelle du Refuge dans l'ancien hôpital St-Jacques de Besançon

Doubs Tourisme / Elodie Faivre
Montbenoît
Doubs Tourisme
Abbaye de Montbenoît

L'abbaye de Montbenoît, épicentre de la République du Saugeais

Doubs Tourisme
Montbenoît
BFC Tourisme / Sandrine Baverel
Abbaye de Montbenoît

La chaire, le choeur et les stalles de l'abbaye des sites de Joux

BFC Tourisme / Sandrine Baverel
Remonot
Doubs Tourisme / Philippe Lebugle
Trésor caché

Grotte sacrée

Située entre Montbenoît et Morteau, la grotte de Remonot, qui abrite une source, n’est pas une grotte comme les autres. Lieu de pélerinages, elle est une chapelle consacrée à la Vierge Marie.

En savoir plus

Besançon
fJean-Mathieu Domon
Rencontre avec Léger, Bazaine, Le Moal

L'église du Sacré-Coeur à Audincourt

Qui penserait qu’il suffit de pousser la porte d’une église du Pays de Montbéliard pour pouvoir admirer des oeuvres de Fernand Léger ? En l’occurrence, celle du Sacré-Coeur à Audincourt. Construit dans les années 1950 par l’architecte Maurice Novarina, ce lieu de culte déroule dans sa nef et son choeur dix-sept vitraux de ce célèbre peintre. Celui-ci y raconte symboliquement la Passion du Christ dans des tons francs rouge sang, turquoise, violet, jaune d’or, orange, bleu clair et blanc. Chaque scène est identifiable par les objets figurés : chaînes, dés, glaives, agneau, lance, croix, clous et tenailles, coupes, éponge, couronne d’épines… De Fernand Léger également, la tapisserie qui habille le mur de l’autel. Sur un fond écru et grège, de grands dessins noirs de blé, de poissons et de grappes de raisins évoquent l’Eucharistie.

Le Sacré-Coeur d’Audincourt recèle en outre des vitraux abstraits de Jean Le Moal dans la crypte et de Jean Bazaine dans le baptistère. Ce dernier est aussi l’auteur de la mosaïque qui court sur la façade de l’édifice. Accueillant sous le porche le fidèle comme le visiteur, celle-ci traite de l’eau et du feu en de vives tonalités.

Temple Saint-Martin

Le plus vieux temple luthérien

Les temples, très présents dans le pays de Montbéliard, autrefois principauté wurtembergeoise protestante, affichent en revanche une grande sobriété intérieure comme extérieure. Mais à l’instar de nombre d’églises du département, certains arborent des clochers comtois.

Quant au temple Saint-Martin qui trône au coeur de Montbéliard, il mérite largement le coup d’oeil. Élevé de 1601 à 1604 par le Wurtembergeois Heinrich Schickhardt, il est le plus vieil édifice français conservé affecté au culte luthérien et témoigne de l’architecture de la renaissance germanique, inspirée de l’Italie. 

Temple saint-martin à montbéliard
Montbéliard
Lumières de Noël / Denis Bretey

#clochercomtois

Quand Instagram s'émerveille de la beauté des clochers comtois...

L'horloge astronomique au Musée de l'horlogerie
Doubs Tourisme - Elodie Faivre
Un chef-d’œuvre de précision

Horloge astronomique

Elle est l’oeuvre de l’illustre horloger Auguste-Lucien Vérité qui a aussi conçu celles des cathédrales de Strasbourg en 1842 et de sa ville de Beauvais en 1868. L’horloge astronomique de la cathédrale Saint-Jean à Besançon date des années 1858-1860. Coiffé par vingt-et-un automates qui s’animent à 12 et 15 heures pour mimer la résurrection du Christ et sa mise au tombeau, son tableau de bois noir et or comporte une ribambelle de cadrans. Ceux-ci marquent les heures et les jours, les semaines et leurs planètes, les mois et les signes du zodiaque, les saisons et les années. Mais pas seulement !

En tout, l’horloge astronomique livre cent vingt-deux indications très diverses, telles que la durée du jour et de la nuit, les levers et les couchers du soleil et ceux de la lune au méridien de Besançon, l’équation du temps, les éléments du comput ecclésiastique, les heures des principaux points du globe ou encore les marées. Recelant plus de trente mille pièces et onze mouvements, ce chef-d’oeuvre de précision mécanique et astronomique, abrité dans la salle située au pied du clocher de la cathédrale, donne l’heure aux quatre cadrans situés sur chaque face de sa tour, ainsi qu’à un cinquième placé à l’intérieur de l’édifice.

Je découvre

Le Doubs cache bien son jeu ! Découvrez tous ses trésors...

En résumé
À propos
Lumières de Noël / Denis Bretey
A propos
La Cluse et Mijoux

Le décor baroque des églises du Haut-Doubs

Denis Bringard
Les Fourgs

Clocher comtois des Fourgs sur le toit du Doubs

Doubs Tourisme / Damien Mouchet
La Cathédrale St-Jean Doubs Tourisme / Elodie Faivre
La Synagogue

De style néo-mauresque elle voit le Doubs couler à ses pieds

Ville de Besançon
Eglise de Mouthe

Toute bardée de métal pour résister aux hivers rigoureux

Doubs Tourisme / Philippe Lebugle
Chapelle St-Maurice

La chapelle romane St-Maurice et l'église de Jougne au pied du Mont-d'Or

Doubs Tourisme
Eglise de la Madeleine

Le Jacquemard de la Madeleine, quartier Battant à Besançon

Doubs Tourisme / Elodie Faivre
La Chapelle du Refuge

La coupole de la Chapelle du Refuge dans l'ancien hôpital St-Jacques de Besançon

Doubs Tourisme / Elodie Faivre
Abbaye de Montbenoît

L'abbaye de Montbenoît, épicentre de la République du Saugeais

Doubs Tourisme
Abbaye de Montbenoît

La chaire, le choeur et les stalles de l'abbaye des sites de Joux

BFC Tourisme / Sandrine Baverel